5 conseils pour bien vivre le confinement avec les membres de son foyer

D’ordinaire je n’aime pas spécialement donner des conseils. Même dans le cadre de mes activités professionnelles, lors des médiations de couple ou des accompagnements individuels, ma posture est d’être à l’écoute de la personne et qu’elle trouve en elle ses propres solutions. Cependant, dans les circonstances présentes, je crois utile d’en partager. Des conseils à prendre ou à laisser, évidemment, qui ne sont que des suggestions. Parce que, ce que nous nous apprêtons à vivre dans notre pays, bien des gens ne sont pas outillés pour le traverser sereinement.

J’ai lu que, depuis les confinements, la Chine connaît une hausse des violences conjugales, des demandes de divorce et des dépressions. Je sais aussi qu’en France les maltraitances sur les enfants augmentent durant les vacances et les weekends, donc quand ils sont chez eux la journée. Ces éléments ne sont pour moi que les tragiques révélateurs d’un fait tout simple : nous n’avons pas appris à vivre ensemble. Nous n’avons pas appris à dialoguer dans le respect mutuel, à être attentif à ce qui se vit en nous pour pouvoir l’exprimer, à écouter l’autre réellement, à résoudre les différends autrement qu’en se disputant, à se considérer d’égal à égal. Ou, tout du moins, une bonne partie de la population ne l’a pas appris.

Comment certains l’ont appris ? En ayant eu la chance d’avoir un modèle dans leur entourage (leurs propres parents, pour les plus chanceux). D’autres, comme moi, l’ont appris sur le tard, par l’expérimentation concrète dans une vie de couple ou de colocs, en ayant eu la volonté d’apprendre, en y consacrant de l’énergie et du temps.

Personnellement, il m’a fallu des années de persévérance pour aboutir à une relation que je qualifierais d’harmonieuse. Une relation où tout est facile, ou presque. Sans dispute, sans prise de tête, sans violence.

La situation exceptionnelle qui se présente avec le coronavirus ne nous laisse pas des années d’apprentissage. C’est tout de suite que nous allons nous retrouver enfermés avec nos proches, conjoint-e, enfants, colocs. Qui plus est dans un contexte qui n’est pas particulièrement propice à l’exploration joyeuse. À tourner en rond dans un espace restreint, assaillis d’informations anxiogènes, c’est d’autant plus un défi d’ouvrir ses oreilles et son cœur aux autres.

Et pourtant, l’être humain peut faire preuve d’une admirable capacité d’adaptation. Et je suis persuadée que nous pouvons trouver les moyens de vivre des relations apaisées avec nos proches, de rendre cette période fructueuse et d’en faire sortir le meilleur. Pour autant que nous ayons quelques outils.

C’est pourquoi je me propose ici de donner quelques conseils concernant les relations avec les membres de notre foyer pendant cette période délicate. L’objectif : que les difficultés relationnelles ne viennent pas se surajouter à une situation déjà compliquée. Et pour cela, nos mots clés vont être : dialogue et créativité.


CONSEIL N°1 : Prendre du temps pour se réunir, discuter et s’organiser ensemble.

C’est pour moi la base de la base. Afin que la cohabitation se passe au mieux, il est indispensable de prendre le temps de se retrouver et d’écouter les besoins de chacun, adultes et enfants. Pour le bien-être de tous, chaque individu doit se sentir pris en compte et disposer d’un espace de liberté pour faire ce qui lui est nécessaire pour vivre bien.

Imaginez la même photo sans le smartphone et avec des enfants. Si je l’avais trouvée, je l’aurais mise.

Il y a des choses qui paraissent incompatibles ? C’est le moment de trouver des solutions créatives pour que chacun y trouve son compte. Notre meilleur allié est le planning : accordons à chaque habitant de la maison un temps pour pratiquer ce qui lui fait du bien (jouer de la musique, faire du yoga dans le salon, regarder une émission…) tout en permettant aux autres de vivre confortablement.

C’est aussi l’occasion de répartir les tâches ménagères différemment : qui va gérer le repas du midi ? Et la vaisselle ? Et le nettoyage des espaces de travail ? Voilà le moment de se responsabiliser et de partager les tâches de manière équitable.

Même avec de l’organisation, nous verrons de nouveaux problèmes surgir au fil des jours : c’est normal, nous ne pouvons pas tout anticiper. Voilà pourquoi mon conseil est de faire le point régulièrement sur ce qui a été mis en place pour le faire évoluer progressivement, ensemble. Ca peut être durant le repas du midi ou du soir, ou bien à un autre moment dédié, à la fréquence qui nous semble juste. Une fois par jour ne me semble pas excessif, sachant que les tensions et incompréhensions se développent rapidement et que, plus on attend, plus elles prennent de l’ampleur.  

À deux, trois, quatre personnes ou plus, nous constituons une petite communauté, un écosystème vivant. Qui dit vivant dit changement, flexibilité, adaptation. Essayons, tentons, apprenons… et réajustons.


CONSEIL N°2 : Se répartir l’espace.

Ce sera évidemment plus facile pour les personnes vivant dans une grande maison avec plusieurs chambres et bureaux que pour celles vivant dans un appartement réduit. Dans tous les cas, la question de se répartir l’espace est essentielle, surtout si des personnes du foyer pratiquent le télétravail. Le problème du niveau sonore de certaines activités doit être posé : est-ce que nous décidons de les interdire ? De les circonscrire à une zone de la maison ? À un certain créneau horaire ?

Il est possible que notre organisation spatiale habituelle nécessite une adaptation à ces circonstances exceptionnelles. Par exemple, ce bureau que nous avons pour nous seul, ne peut-il pas être partagé avec notre partenaire, pendant que les enfants jouent dans le salon ? Ou bien au contraire, ne serait-il pas judicieux de le transformer en salle de jeux tandis que nous déplaçons nos affaires sur la table de la salle à manger ?

La créativité est la clef. Mais n’oubliez pas non plus votre confort !

L’espace peut non seulement être réparti mais aussi transformé et adapté en fonction des besoins. Par exemple, la cuisine peut se révéler être un pratique atelier peinture à 15h, à condition d’être nickel à 17h. Le salon peut être une salle de gymnastique à 10h et un lieu de sieste à 14h.

Bref : faisons le tour des besoins de chacun et puis amusons-nous avec le temps et l’espace. Oui, j’ai bien dit amusons-nous : nous sommes des êtres qui ont fondamentalement besoin de jeu et de joie, encore plus en ces temps perturbés !


CONSEIL N°3 : Se ménager des moments de solitude.

Tout simplement parce que c’est vital. Vital d’avoir un temps pour soi, pour respirer, se retrouver, se ressourcer, se recentrer. Un moment de silence pour faire un état des lieux : comment je me sens là maintenant ? Est-ce qu’il y a quelque chose qui me contrarie ? Un moment pour identifier ce qui se vit en moi et ce dont j’aurais besoin. Un moment pour potentiellement désamorcer l’énervement qui monte. Un moment où je peux me laisser aller à pleurer, si mon corps me le demande (je suis plutôt du genre à pleurer devant les autres, mais je sais que certaines personnes sont mal à l’aise à cette idée et ne s’y autorisent que seules).

En fonction des personnes, différentes stratégies sont possibles : quelques minutes d’isolement plusieurs fois par jour, trois quart d’heure en milieu d’après-midi… Dans la chambre, la salle de bain, sur le balcon ou même aux WC. Bonheur des gens qui ont un bout de jardin (je fais partie de ces veinards) !

Que faire en pratique ? Ce qui nous fait du bien, nous permet de souffler et de créer de l’espace en nous. Méditer, contempler les nuages, observer les oiseaux, dessiner, faire une sieste, lire un livre, écrire, jouer avec le chat, écouter de la musique… Tout ce qui peut contribuer à notre hygiène émotionnelle, nous apporter de la détente et de la paix.

Heureusement, la posture yogique n’est pas obligatoire.

Ces temps sont bénéfiques pour nous, d’abord, mais également pour les autres membres de notre foyer qui nous sauront gré de ne pas décharger nos émotions sur eux. C’est véritablement de la prévention des conflits, que l’on fait pour soi et pour les autres.


CONSEIL N°4 : Communiquer régulièrement entre nous.

Ce n’est pas parce que nous vivons sous le même toit que nous savons ce qui se cache dans la tête de l’autre. N’hésitons pas à exprimer ce que nous vivons et à être attentif à ce que les autres vivent. L’intérêt principal étant d’anticiper les disputes et les crises de colère.

Là encore il y a moyen d’être créatifs : nous pouvons par exemple afficher au mur l’état émotionnel de chacun au fil de la journée avec des couleurs (ex : vert = je me sens bien, orange = je commence à me sentir en tension, rouge = je me sens énervé-e, noir = ça ne va pas du tout). Avec des dessins, des tableaux, des gommettes, des mots… selon les préférences. Chacun mettant à jour son propre état émotionnel à différentes heures de la journée.

Nous pouvons aussi y ajouter un espace pour formuler des demandes : « quelqu’un serait-il disponible pour me faire un câlin ? », « quelqu’un pourrait m’écouter pendant 10 minutes afin que je dépose ce que je vis ? », « qui est partant pour faire un grand jeu après le repas ? », « quelqu’un pourrait relire un mail important que je dois envoyer ? »

Sans aller jusque là, nous pouvons simplement prendre des nouvelles à un moment dans la journée : « ça va ? Comment tu te sens ? ». Et également partager notre inconfort avant qu’il prenne trop de place et risque de créer des tensions : « Je me sens tendue là, j’aimerais pouvoir en parler avant que ça monte trop. Est-ce que tu aurais un moment à m’accorder pour en discuter ? ».

L’idée : prendre soin les uns des autres et maintenir un climat serein.

Passer des moments de qualité ensemble, ça contribue aussi à la bonne ambiance du foyer.


CONSEIL N°5 : Trouver du soutien à l’extérieur.

Je pense en particulier aux parents célibataires et même aux personnes qui vivent seules dans leur logement, mais c’est valable pour tout le monde. Anticipons un éventuel craquage en pensant aux ressources que nous pouvons mobiliser : ça peut être un ami ou une amie à contacter par téléphone, un groupe Facebook dans lequel nous nous sentons bien, un membre de notre famille…

Nous pouvons même convenir à l’avance avec cette ou ces personnes d’une façon de nous soutenir, qui peut être mutuelle : envoyer un message chaque matin pour savoir comment ça va, faire le bilan le soir par écrit afin de déposer les tensions et aussi les plaisirs de la journée, convenir d’un créneau horaire pour se téléphoner avec 15 min chacun pour partager ce qui nous pèse, savoir qu’on peut envoyer un SOS à toute heure (ou pas !)…

Par ailleurs il existe maintenant plein de ressources, notamment sur Internet, pour apprendre à accueillir ses émotions, à écouter l’autre, à communiquer sans se disputer. Ce confinement peut être le moment pour nous de les découvrir.

Cette année j’ai démarré un podcast audio à ce sujet : « Le cœur vous en dit ». Les premiers épisodes peuvent déjà donner quelques clefs pour communiquer avec authenticité et ouverture.


Pour conclure, je me sens curieuse de comment nous allons vivre la période qui s’ouvre, à la fois individuellement et collectivement. Et inquiète aussi, en pensant aux personnes qui vivent dans des lieux exigus, bétonnés, bruyants. Aux personnes qui n’ont pas eu l’opportunité de développer des compétences relationnelles. J’espère que ces quelques conseils pourront contribuer à amener de la paix dans les foyers. Je nous souhaite à toutes et tous de trouver les moyens de traverser le mieux possible cette drôle de période. Et que nous en sortions grandis.


Si vous voulez profiter de votre temps libre pour réfléchir au thème de l’enfance,
vous trouverez sur ce lien un long article que j’ai écrit sur le sujet.

3 commentaires sur “5 conseils pour bien vivre le confinement avec les membres de son foyer

  1. T’est un amour Emma, t’as bien fait de publier tes 5 conseils, j’ai transmis ton mail à plusieurs personnes.
    Bisous – Félix et espérons dans pas trop longtemps, je me trouve bloqué à Die dans le Drôme.. ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s