Je ne m’aime pas et ça va !

Il y a quelques temps je vous ai partagé le jour où j’ai enfin aimé mon corps. Je concluais mon article par : « je sais que ça va durer : je ne peux plus croire la pensée que j’avais car j’ai trouvé une plus grande vérité. Elle s’appelle Amour et elle m’a libérée. ». Oui, j’aime bien quand c’est grandiloquent, vous aurez remarqué. Avouez que c’est beau comme fin, ça claque !

Sauf que… je me suis trompée. Cet amour pour mon corps, il n’a pas duré. Alors oui, je sais qu’il existe un endroit à l’intérieur de moi où je peux y arriver. Un endroit que je peux atteindre lorsque j’accueille ce qui se vit en moi, pendant de longues minutes, jusqu’à arriver à cet état de paix et d’amour inconditionnel. Encore faut-il que j’en ai les moyens.

Mais au quotidien, mon corps je ne l’aime toujours pas. Oh, je ne hais pas tout, par exemple j’aime bien mes poignets et mes avant-bras. Pas les mains, pas les coudes, pas les bras. J’aime bien mes épaules aussi. Pas la poitrine, pas le cou. J’aime bien mes cheveux, mais pas leur implantation sur le devant de ma tête. J’aime bien mon visage, mais pas la couleur de mes joues. Je n’aime pas mon dos, mon ventre, mes fesses, mes cuisses. Mes genoux, bof. Mes mollets, ça va. Mes chevilles, oui. Mes pieds aussi.

J’en étais là à faire ce triste constat, quand j’ai eu une nouvelle prise de conscience : c’est OK de ne pas m’aimer. Je peux m’enlever cette contrainte, ce fardeau, cet objectif inatteignable de DEVOIR M’AIMER. Parce que la réalité, c’est que je ne m’aime pas. En tout cas mon corps, globalement, il ne me plaît pas.

À ce moment là j’ai senti une libération. Un grand rire joyeux. Quel pied de s’autoriser à ne pas s’aimer ! Car finalement ce qui est si douloureux, ce n’est pas tant que je n’aime pas mon corps. Ce qui me fait mal, c’est que je ne l’aime pas ALORS que je crois que JE DEVRAIS l’aimer. Mais qui a décidé cette connerie ? Qui a décrété qu’il FALLAIT aimer son corps ? Parce qu’après tout, je ne l’ai pas choisi. Je suis née avec, j’ai pas eu mon mot à dire, et il faudrait en plus que je l’aime ?

Ça me fait tellement de bien de me donner le droit de ne pas l’aimer, après des années à culpabiliser. Je regarde mes bourrelets avec un grand sourire : « je ne vous aime pas ! » Youpiii ! Je regarde mes seins : « je ne vous aime pas ! ». Quel soulagement ! Je dirais presque : quel bonheur ! Parce que c’est juste la vérité. Rien d’autre n’est attendu de moi. Je n’ai pas à mentir, je n’ai pas à me forcer à aimer quelque chose que je n’aime pas. Je peux simplement être honnête avec ce que je ressens. Je ne sais pas si c’est #bodypositive mais en tout cas c’est #tchaolaculpabilité !

Une part de moi est tout de même triste que je n’aime pas mon corps. Je l’accueille aussi celle-ci. J’aimerais tellement m’aimer ! Ah, si j’en avais les moyens, je le ferais, c’est sûr et certain ! Mais en attendant, je ne m’aime pas, et ça va.

Ça fait environ une semaine que j’ai conscientisé ça. Et je continue de ne pas m’aimer. Mais c’est plus léger. Beaucoup plus léger. Parce que lorsque je constate que je suis en train de ne pas aimer une partie de mon corps, il n’y a (presque) plus la petite voix dans ma tête qui vient me culpabiliser. Elle me lâche la grappe. Elle me laisse ne pas m’aimer, en paix. Quel pied !

Mon petit doigt me dit que ce qui est valable pour mon corps l’est probablement pour le reste aussi…
Quoi, m’autoriser à ne pas m’aimer non plus dans les autres aspects de moi ? Hum… On va y aller pas à pas, d’accord ? To be continued 😉

EDIT (08/08/19) : Je suis tombée sur cette citation d’Eckhart Tollé qui me semble très appropriée :
« Au moment où vous acceptez complètement votre non-paix, votre non-paix devient transmuée en paix. Tout ce que vous acceptez pleinement vous emmènera dans la paix. C’est le miracle de l’abandon. »

3 commentaires sur “Je ne m’aime pas et ça va !

  1. Mais tellement ! Quand je dis à des personnes que je n’aime pas (tout) mon corps et qu’elles ne comprennent pas et essaient de me faire changer d’avis, je leur répond que j’ai le DROIT de ne pas m’aimer dans ce corps. Vous avez magnifiquement transcrit ce que j’ai dans la tête ! Merci !!

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ce partage plein d’humour 🙂 Je pense que tu résumes très bien la différence entre « s’accepter » et « s’aimer ». on pourrait aussi dire qu’il faut apprendre à ne pas trop se prendre la tête sur ce qu’on ne peut pas changer (sa morphologie) et travailler à améliorer ce qui est possible (sa bienveillance).

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s